Aller au contenu principal

Les Volumes Docker

logo docker

Lorsque l'on travaille avec Docker, une compréhension approfondie de la gestion des volumes est pour gérer la persistance des données dans les conteneurs. Alors que les conteneurs sont éphémères par nature, les volumes fournissent un moyen de conserver les données au-delà du cycle de vie d'un conteneur. Cela est particulièrement important pour les applications qui nécessitent un stockage durable des données, comme les bases de données, ou pour des scénarios où les données doivent être partagées entre plusieurs conteneurs.

Les Volumes Standards

Les volumes Docker standards représentent la méthode recommandée par Docker pour la persistance des données dans les conteneurs. Ils offrent une abstraction qui détache les données des conteneurs et de l'hôte, garantissant ainsi la portabilité et la sécurité. Voici un aperçu approfondi de cette fonctionnalité clé.

Principe des Volumes Standards

Un volume standard dans Docker est un répertoire (ou un système de fichiers) dans l’hôte qui est géré par Docker. Il est isolé de la structure du système de fichiers de l'hôte et du cycle de vie des conteneurs. Les volumes standards sont stockés dans un emplacement dédié, généralement /var/lib/docker/volumes, ce qui les rend indépendants de l'environnement de l'hôte.

Création et Utilisation

Pour créer un volume standard, utilisez la commande docker volume create. Par exemple :

docker volume create mon_volume

Pour l'utiliser dans un conteneur, spécifiez-le lors de la création du conteneur :

docker run -v mon_volume:/path/in/container ...

Ici, mon_volume est monté à l'emplacement /path/in/container dans le conteneur.

Avantages des Volumes Standards

  • Portabilité des Données : Les volumes peuvent être facilement déplacés ou partagés entre différents conteneurs, facilitant la portabilité des applications.
  • Indépendance et Sécurité : Comme ils sont gérés par Docker et isolés du système de fichiers de l'hôte, les volumes standards offrent une meilleure sécurité et réduisent les risques de conflits de fichiers.
  • Facilité de Sauvegarde et de Récupération : Les données dans les volumes standards peuvent être sauvegardées et récupérées indépendamment des conteneurs, ce qui simplifie les opérations de maintenance.
  • Gestion Centralisée : Docker fournit des commandes pour gérer les volumes, y compris la création, la suppression, la liste et l'inspection, centralisant ainsi la gestion des données.

Bonnes Pratiques

  • Nettoyage Régulier : Bien que les volumes ne soient pas supprimés automatiquement avec le conteneur, il est conseillé de les nettoyer régulièrement pour éviter l'engorgement du disque.
  • Nommer Explicitement les Volumes : Donnez des noms explicites et descriptifs à vos volumes pour faciliter leur identification et leur gestion.
  • Utiliser des Labels : Les labels peuvent être utilisés pour organiser et filtrer les volumes, surtout dans les environnements avec un grand nombre de volumes.

Le Bind Mount : Une Solution Flexible

Le bind mount est une fonctionnalité puissante de Docker qui permet de mapper un fichier ou un répertoire sur l'hôte directement dans un conteneur. Cette méthode se distingue par sa flexibilité et sa facilité d'utilisation, offrant une solution pratique pour le développement et les tests, ainsi que pour des scénarios de production spécifiques.

Fonctionnement du Bind Mount

Un bind mount prend un fichier ou répertoire existant sur le système hôte et le rend accessible dans le conteneur. Lorsqu'un bind mount est utilisé, le même fichier ou répertoire est accessible à la fois sur l'hôte et à l'intérieur du conteneur. Ceci est particulièrement utile pour les scénarios où vous souhaitez utiliser ou modifier des données de l'hôte depuis un conteneur, ou vice versa.

Mise en Place d'un Bind Mount

La mise en place d'un bind mount est simple. Lors de l'exécution d'un conteneur, vous spécifiez le chemin du fichier ou du répertoire sur l'hôte et le point de montage dans le conteneur. Par exemple, pour monter un répertoire /data de l'hôte dans un conteneur à l'emplacement /app/data, vous utilisez la commande suivante :

docker run -v /data:/app/data ...

Cette commande crée un bind mount direct entre le répertoire hôte et le conteneur.

Avantages et Utilisations

  • Développement et Test: Les bind mounts sont idéaux pour les environnements de développement et de test. Ils permettent aux développeurs de tester rapidement leurs applications en utilisant des fichiers directement de leur environnement de développement local.
  • Performances: Les bind mounts ont généralement de meilleures performances que les volumes Docker standard, car ils évitent une couche d'abstraction. Ils sont donc appropriés pour des applications nécessitant un accès rapide aux fichiers.
  • Contrôle Direct: Les modifications apportées aux fichiers ou répertoires sur l'hôte se reflètent immédiatement dans le conteneur, et vice versa, offrant un contrôle en temps réel.

Points de Vigilance

  • Sécurité et Isolation: Les bind mounts peuvent présenter des risques de sécurité, car ils permettent un accès direct aux fichiers de l'hôte. Il est important de les utiliser avec précaution, en s'assurant que seuls les fichiers et répertoires nécessaires sont accessibles au conteneur.
  • Gestion du Cycle de Vie: Contrairement aux volumes Docker, la gestion du cycle de vie des fichiers dans un bind mount dépend entièrement de l'administration de l'hôte.

tmpfs : Montage en Mémoire pour Performance

L'utilisation de tmpfs dans Docker représente une méthode efficace pour stocker des données en mémoire vive (RAM), offrant des performances de lecture et d'écriture significativement plus rapides. Le montage tmpfs est particulièrement utile pour stocker des données temporaires ou sensibles qui ne nécessitent pas de persistance après l'arrêt du conteneur.

Principe de tmpfs dans Docker

Un montage tmpfs crée un système de fichiers temporaire qui réside en mémoire. Contrairement aux volumes ou bind mounts, les données dans un montage tmpfs ne sont pas écrites sur le disque dur, mais sont stockées en mémoire vive. Lorsque le conteneur est arrêté ou supprimé, les données stockées dans un tmpfs sont perdues, ce qui en fait une solution idéale pour les données temporaires.

Mise en Œuvre d'un Montage tmpfs

Pour utiliser un montage tmpfs, vous pouvez le spécifier lors du lancement d'un conteneur Docker. Par exemple, pour créer un montage tmpfs au point de montage /app/tmp dans un conteneur, vous utiliseriez la commande suivante :

docker run --tmpfs /app/tmp ...

Cette commande crée un espace de stockage temporaire dans le conteneur qui est rapide et éphémère.

Avantages et Cas d'Utilisation

  • Performance: Les accès en lecture et écriture sur un tmpfs sont extrêmement rapides, car ils sont effectués directement en mémoire vive.
  • Sécurité des Données: Idéal pour les données sensibles ou temporaires, car elles ne sont pas persistantes et sont effacées lorsque le conteneur est arrêté, réduisant ainsi le risque de fuite de données.
  • Réduction de l'Usure des Disques: Utiliser tmpfs pour des données fréquemment modifiées peut réduire l'usure des disques SSD ou HDD, car les écritures sont faites en mémoire et non sur le disque.

Points d'Attention

  • Gestion de la Mémoire: Il est important de gérer soigneusement l'utilisation de la mémoire, surtout dans des environnements avec des ressources limitées. Un usage excessif de tmpfs peut entraîner une saturation de la mémoire vive.
  • Non-Persistance: Les données dans tmpfs sont éphémères; elles doivent donc être utilisées uniquement pour des informations temporaires ou non critiques.

Création de Volumes NFS en Utilisant le Driver Local

Les volumes Docker peuvent aussi monter un partage NFS (Network File System) en utilisant le driver local. Cela permet de monter des systèmes de fichiers NFS dans des conteneurs Docker sans avoir besoin d'un plugin tiers. Voici comment procéder :

Prérequis

  • Assurez-vous que le serveur NFS est correctement configuré et accessible depuis l'hôte Docker.
  • Le client NFS doit être installé sur l'hôte Docker.

Création d'un Volume NFS avec le Driver Local

  1. Création du Volume : Pour créer un volume NFS, utilisez la commande docker volume create avec des options spécifiques pour NFS. Par exemple :

    docker volume create --driver local \
    --opt type=nfs \
    --opt o=addr=adresse_serveur_nfs,nolock,soft,rw \
    --opt device=:/chemin_du_partage_nfs \
    mon_volume_nfs

    Remplacez adresse_serveur_nfs par l'adresse IP ou le nom d'hôte du serveur NFS et /chemin_du_partage_nfs par le chemin du répertoire NFS que vous souhaitez monter.

  2. Vérification du Volume : Après la création, vérifiez que le volume est correctement listé dans Docker :

    docker volume ls

    Vous devriez voir mon_volume_nfs dans la liste des volumes.

  3. Utilisation du Volume dans un Conteneur : Pour utiliser ce volume NFS dans un conteneur, montez-le lors de la création du conteneur :

    docker run -v mon_volume_nfs:/data ...

    Ici, mon_volume_nfs est monté à l'emplacement /data dans le conteneur.

Avantages

  • Simplicité : Cette méthode utilise le driver local de Docker, évitant ainsi la nécessité d'installer des plugins supplémentaires.
  • Portabilité : Les volumes NFS sont utiles pour les scénarios où les données doivent être accessibles depuis plusieurs hôtes ou conteneurs.

Bonnes Pratiques

  • Sécurité du Réseau : Assurez-vous que votre configuration réseau et les permissions NFS sont correctement configurées pour empêcher les accès non autorisés.
  • Gestion des Performances : Soyez conscient de l'impact des performances lié à l'utilisation de stockage en réseau, et ajustez vos paramètres NFS en conséquence.

L’Utilisation de Plugins de Volumes

L'exploitation des plugins de volumes dans Docker permet d'étendre les capacités de stockage et d'accès aux données dans un environnement de conteneurs. Ces plugins offrent une flexibilité remarquable en permettant l'intégration de solutions de stockage externes qui ne sont pas directement supportées par Docker.

L’Utilisation de Plugins de Volume avec Exemple SSHFS

L'adoption de plugins de volume Docker tels que celui pour SSHFS (SSH Filesystem) permet d'étendre significativement les fonctionnalités de stockage de Docker. SSHFS est une solution pratique pour monter des systèmes de fichiers distants en utilisant SSH, une méthode sécurisée et largement utilisée.

Installation du Plugin SSHFS

Pour intégrer SSHFS avec Docker, le plugin vieux/sshfs est généralement utilisé. Voici comment l'installer :

  1. Installer le Plugin :

    docker plugin install vieux/sshfs
    Plugin "vieux/sshfs" is requesting the following privileges:
    - network: [host]
    - mount: [/var/lib/docker/plugins/]
    - mount: []
    - device: [/dev/fuse]
    - capabilities: [CAP_SYS_ADMIN]
    Do you grant the above permissions? [y/N] y
    latest: Pulling from vieux/sshfs
    Digest: sha256:1d3c3e42c12138da5ef7873b97f7f32cf99fb6edde75fa4f0bcf9ed277855811
    52d435ada6a4: Complete
    Installed plugin vieux/sshfs
  2. Vérifier l'Installation : Après l'installation, vérifiez si le plugin est correctement installé et activé :

    docker plugin ls
    ID NAME DESCRIPTION ENABLED
    3cbdf63cd7cb vieux/sshfs:latest sshFS plugin for Docker true

    Recherchez vieux/sshfs dans la liste affichée avec un statut enabled.

Utilisation du Plugin SSHFS

Une fois le plugin installé, vous pouvez l'utiliser pour monter un système de fichiers distant dans un conteneur Docker.

  1. Création d'un Volume avec SSHFS : Pour créer un volume, utilisez la commande suivante, en remplaçant user@remote-host par vos identifiants et adresse SSH, et /path/on/remote par le chemin du répertoire distant que vous souhaitez monter :

    docker volume create --driver vieux/sshfs -o sshcmd=user@remote-host:/path/on/remote mon_volume_sshfs
  2. Montage du Volume dans un Conteneur : Pour monter ce volume SSHFS dans un conteneur, utilisez le volume créé comme suit :

    docker run -v mon_volume_sshfs:/data ...

    Ici, mon_volume_sshfs est monté à l'emplacement /data dans le conteneur.

Avantages et Applications

  • Sécurité : SSHFS utilise SSH pour le transfert des données, offrant ainsi un niveau de sécurité élevé pour l'accès aux fichiers distants.
  • Flexibilité : Permet l'accès aux fichiers stockés sur n'importe quel serveur distant accessible via SSH, rendant cette solution très flexible pour les environnements distribués.
  • Facilité d'Utilisation : Intègre de manière transparente les fichiers distants dans l'environnement Docker, simplifiant la gestion des données.

Bonnes Pratiques et Points de Vigilance

  • Fiabilité de la Connexion : Assurez-vous que la connexion SSH est stable et sécurisée, surtout pour les applications critiques.
  • Performances : Soyez conscient des limitations de performance liées à l'utilisation du réseau pour l'accès aux fichiers.

Les autres plugins de volumes

Voici une liste des principaux plugins de volumes Docker, chacun offrant des fonctionnalités spécifiques pour répondre à différents besoins de stockage dans les environnements Docker.

Ces plugins varient en termes de fonctionnalités, de performances et de compatibilité avec divers environnements et cas d'utilisation. Il est recommandé de consulter la documentation spécifique de chaque plugin pour une compréhension détaillée de leurs capacités et de la manière de les intégrer dans votre environnement Docker.

Sauvegarde/Restauration des Volumes Docker

La mise en place d'une stratégie efficace de sauvegarde et de restauration est fondamentale pour la gestion des volumes Docker. Cela garantit non seulement la sécurité des données en cas d'incident, mais offre également une tranquillité d'esprit en permettant une récupération rapide et fiable.

Sauvegarde/restauration basique

Sauvegarde des volumes

  1. Identifier le Volume à Sauvegarder : Trouvez le volume que vous souhaitez sauvegarder en utilisant :

    docker volume ls
  2. Création d'une Sauvegarde : Utilisez docker run avec une commande de sauvegarde appropriée. Par exemple, pour sauvegarder un volume nommé mon_volume dans un fichier tar :

    docker run --rm -v mon_volume:/volume -v $(pwd):/backup ubuntu tar cvf /backup/backup_mon_volume.tar /volume

    Cette commande crée une archive tar du contenu du volume mon_volume.

  3. Stockage de la Sauvegarde : Stockez le fichier de sauvegarde backup_mon_volume.tar dans un emplacement sûr, de préférence hors site ou dans un système de stockage cloud pour une meilleure sécurité.

Restauration des Volumes

  1. Création d'un Nouveau Volume pour la Restauration : Si nécessaire, créez un nouveau volume pour la restauration :

    docker volume create mon_volume_restauré
  2. Restauration du Volume : Restaurez les données à partir de la sauvegarde en utilisant :

    docker run --rm -v mon_volume_restauré:/volume -v $(pwd):/backup ubuntu tar xvf /backup/backup_mon_volume.tar -C /volume

    Cette commande extrait le contenu de l'archive tar dans le nouveau volume.

Outils de Sauvegarde

Il existe quelques outils permettant de réaliser cette tâche.

Outils Open Source

  1. Restic
    • Description : Restic est un outil de sauvegarde sécurisé, rapide et efficace.
    • Utilisation : Peut être utilisé pour sauvegarder des volumes Docker.
    • Lien : Restic sur GitHub
  2. Rclone
    • Description : Rclone est un outil de synchronisation de fichiers pour divers services de stockage cloud.
    • Utilisation : Convient pour copier des données depuis et vers des volumes Docker.
    • Lien : Rclone sur GitHub
  3. Offen
    • Description : Dédié à la sauvegarde de volumes Docker.
    • Utilisation : Simple à mettre en oeuvre.
    • Lien : Offen sur Github

Outils Commerciaux

  1. Portworx
    • Description : Solution de stockage persistant pour conteneurs offrant des capacités de sauvegarde et de restauration.
    • Utilisation : Permet des sauvegardes automatiques pour les environnements Docker et Kubernetes.
    • Lien : Portworx
  2. Veeam Backup & Replication
    • Description : Offre des solutions de sauvegarde, de restauration et de réplication pour divers environnements.
    • Utilisation : Adapté aux infrastructures basées sur des conteneurs Docker.
    • Lien : Veeam
  3. Storidge
    • Description : Système de stockage pour Docker automatisant la gestion des données.
    • Utilisation : Solution intégrée pour la sauvegarde et la restauration dans les environnements de conteneurs.
    • Lien : Storidge

Bonnes Pratiques de Gestion des Volumes

Une gestion efficace des volumes Docker est essentielle pour assurer la performance, la sécurité et la fiabilité des applications conteneurisées. Voici quelques bonnes pratiques pour optimiser l'utilisation des volumes Docker dans votre infrastructure.

Sécurité et Permissions

  • Contrôle d'Accès: Assurez-vous que les permissions sur les volumes sont correctement définies pour éviter tout accès non autorisé. Utilisez des utilisateurs et des groupes spécifiques dans vos conteneurs pour limiter les droits d'accès.
  • Chiffrement des Données: Pour les données sensibles, envisagez l'utilisation de volumes chiffrés ou de plugins qui offrent des fonctionnalités de chiffrement, afin de protéger les données.

Sauvegarde et Récupération

  • Stratégies de Sauvegarde: Mettez en place des stratégies de sauvegarde régulières pour vos volumes Docker. Ceci est important pour la récupération en cas de perte de données.
  • Tests de Récupération: Testez régulièrement vos procédures de récupération pour vous assurer que les sauvegardes sont fiables et que les données peuvent être restaurées en cas de besoin.

Gestion de l'Espace Disque

  • Nettoyage Régulier: Docker ne supprime pas automatiquement les volumes non utilisés. Il est donc important de nettoyer régulièrement les volumes orphelins pour libérer de l'espace disque.
  • Surveillance de l'Utilisation: Utilisez des outils de surveillance pour garder un œil sur l'espace disque utilisé par les volumes, afin d'éviter toute saturation.

Optimisation des Performances

  • Choix du Type de Volume: Selon les besoins de l'application, choisissez le type de volume le plus adapté (bind mount, tmpfs, volume standard). Par exemple, privilégiez tmpfs pour des données temporaires nécessitant des accès rapides.
  • Répartition des Volumes: Répartissez les volumes sur différents disques ou SAN pour équilibrer la charge et optimiser les performances.

Documentation et Standardisation

  • Documentez votre Configuration: Tenez à jour une documentation détaillée de votre configuration de volumes, y compris les chemins, les permissions et les stratégies de sauvegarde.
  • Standardisez les Pratiques: Établissez des normes pour la création et la gestion des volumes au sein de votre organisation pour assurer la cohérence et la facilité de gestion.

Conclusion

À travers ce guide, nous avons exploré les différentes facettes de la gestion des volumes dans Docker, abordant des concepts tels que les bind mounts, tmpfs, et l'utilisation de divers plugins de volume. Chaque méthode offre des avantages uniques et répond à des besoins spécifiques en matière de stockage et de gestion des données dans un environnement de conteneurs.

En appliquant les bonnes pratiques de gestion des volumes, comme la sécurité des données, les stratégies de sauvegarde et la surveillance de l'utilisation, vous pouvez optimiser la performance et la fiabilité de vos applications Docker.