Aller au contenu principal

La dette technique de l'infra as code

· 9 minutes de lecture
Stéphane ROBERT

logo

La lecture de ce billet du blog d'eleven labs m'a donné l'idée de le décliner sur le développement à base de code d'infrastructure (Ansible, Terraform, Puppet, Pulumi, Crossplane ...). Pourquoi ? Parce que je vois trop souvent mis de côté au nom de l'agilité, de la rapidité et de la simplicité de mise en œuvre tout un ensemble de bonnes pratiques. Dans un premier temps, je vais définir ce qu'est une dette technique, puis énumérer les différents types de dettes, et pour en finir certaines causes.

Qu'est-qu'une dette technique ?

Je vous propose de reprendre simplement la définition de Wikipédia :

La dette technique est un concept du développement logiciel inventé par Ward Cunningham en 1992. Le terme vient d'une métaphore, inspirée du concept existant de dette dans le domaine des finances et des entreprises, appliquée au domaine du développement logiciel. Elle désigne la difficulté à faire évoluer et à corriger un code source qui a été mal conçu initialement.

Pour rappel, l'utilisation des langages ne se limitent plus à la seule création de programmes informatiques. Des langages ont été créés pour instancier des ressources virtuelles d'infrastructure informatique. Ces langages ne se limitent pas à la seule création de machines virtuelles, car on peut désormais instancier beaucoup de type de ressources dont les équipements de réseau et de stockage.

On peut ainsi créer des infrastructures complexes en peu de temps. Ici, la dette technique fait référence aux décisions de conception qui viennent compromettre l’intégrité, la flexibilité ou la maintenabilité à long terme de celles-ci. Si rien n’est fait, cette dette peut s’accumuler au fil du temps, ce qui rend les changements et leur gestion de plus en plus complexes, nécessitant ainsi un investissement important en temps et en ressources.

Attention, la dette technique est surtout rencontrée sur les infrastructures qui sont provisionnées pour une longue période. Oui toutes les applications ne sont pour le moment cloud-native et ne sont pas candidates pour être déployé sur des clusters K8S.

Les différents types de dettes

Martin Fowler, dans un billet de blog avait introduit ce qu'on appelle les « quadrants de la dette technique ».

Ces quadrants permettent de classer les différentes causes de création de dettes techniques.

Quadrant de la dette technique

La création de dette technique peut être volontaire ou non, prudente ou non. Une dette technique non intentionnelle est souvent due à un manque de compétences. Par contre, la dette volontaire est prise par une volonté de ne pas respecter des règles de conception, de codage, de sécurité…, Mais aussi au nom de l'agilité pour mettre sur le marché un MVP. Puisque favoriser la qualité de la conception augmente la charge de travail, les développeurs d'une infrastructure peuvent choisir de sacrifier la qualité pour en retirer un bénéfice. L'intentionnalité de la dette technique serait donc de contracter une dette à court terme pour faciliter l'évolution du projet à long terme. L'essentiel serait alors de rembourser cette dette rapidement, une fois l'objectif atteint, pour éviter l'accumulation des intérêts.

Comment créer de la dette technique sur des projets d'infrastructure ?

Difficultés de recrutement

Ces dernières années les entreprises sont en tension dans le domaine du recrutement. Trouver des personnes compétentes est assez compliqué. Quand je parle de compétences, je ne parle pas que de compétences techniques, mais aussi des savoir-faire. On ne remplacera jamais l'expérience et la pratique. La vraisemblance de simplicité et de rapidité de création d'infrastructures avec ces langages introduisent une nouvelle dimension de complexité et de risque, ouvrant la porte à une « nouvelle forme dette technique ».

La prolifération des tutoriels, du code accessible et généré par l’IA a transformé le paysage du développement via l’infrastructure en tant que code. On ne se rend pas compte que l'utilisation d'un module Terraform ou d'un rôle Ansible trouvé sur internet sans en comprendre pleinement son fonctionnement, peut se révéler dangereux en termes de sécurité, de performances et de résilience. Je ne parle même pas de l'IA.

L'absence de véritables professionnels

Par un choix délibéré de ne pas recourir à des spécialistes de l'architecture et de la sécurité, on peut produire de lourdes dettes techniques. Ces professionnels sont indispensables, car en leur absence de mauvaises décisions peuvent être prise. Et ce genre d'erreur dès le début du projet peuvent conduire à une véritable "Bérézina". Le fait de déployer une application sur un cluster Kubernetes ne fais pas de vous un expert de ce genre de solutions !

Des mauvais choix techniques

Une autre erreur : vouloir utiliser une technologie naissante ou inconnue. Ce genre de choix est souvent fait pour suivre la tendance, pour apprendre une nouvelle technologie, pour essayer de répondre à un besoin. Quelle que soit la source de votre décision, il ne faut pas oublier que vous mettez les pieds en terre inconnue. Même si vous avez assisté à une démo qui déchire, il ne faut pas oublier que vous devrez ensuite être capable de l'exploiter en conditions réelles. Il faudra assurer la montée en compétence de toutes vos équipes pour assurer le maintien en condition opérationnel.

Pour éviter ce genre d'erreur, essayer de répondre à ces questions :

  • Depuis combien de temps existe ce produit ? J'ai remarqué qu'il faut attendre 2 à 3 ans pour une technologie commence à murir.
  • Cet outil est-il utilisé par à un grand nombre de clients ?
  • Trouve-t-on facilement des ressources ? Un outil largement documenté et cité vous évitera de longues recherches.
  • Combien de personnes assurent son développement ? Une fondation est plus sûre qu'un seul développeur.
  • Ai-je assez de profils connaissant cette techno ?
  • Des solutions plus classiques ?

Le manque de cohérence

Le manque d'automatisation et le recours à des solutions trouvées sur internet peuvent conduire à la création de serveurs dits uniques connus sous le nom de "snowflakes servers". Posséder plusieurs serveurs de ce type contribuent à augmenter la dette technique. La gestion, la mise à jour et le dépannage de ces serveurs nécessitent des connaissances spécialisées et des efforts manuels. Les incohérences entre les serveurs peuvent entraîner des comportements inattendus, compliquer la reprise après incident et ralentir tout le processus de livraison.

Procédurale contre déclaratif

L'utilisation de langages utilisant une approche procédurale qui décrit le "comment" atteindre un état souhaité. Une autre approche, appelée déclarative, ne fait que décrire l'état final souhaité.

Je ne vais pas revenir sur ce débat. Mais il faut privilégier les langages déclaratifs.

Construire des usines à gaz

Un autre moyen de créer de la dette technique est de transformer le code en une véritable usine à gaz. C'est par exemple transformer un langage déclaratif comme Terraform ou Ansible en langage procédural. Cela est dû à l’introduction de structures de contrôle telles que les boucles et les instructions conditionnelles, qui déforment la nature « déclarative » inhérente à ces langages. Les langages déclaratifs sont conçus pour assurer un résultat prévisible. L’introduction de ces éléments peut conduire à des résultats différents dans différentes conditions, ce qui rend plus difficile la fourniture d’un état d’infrastructure idem-potent. Ces techniques augmentent la complexité de la base de code, ce qui la rend plus difficile à comprendre et à maintenir.

Un seul conseil, écrivez des petits programmes se limitant à des objectifs limités.

Le fire and forget

Lorsque l’IaC est utilisé uniquement pour le provisionnement, puis laissé au placard, peut conduire à créer de la dette technique. Toutes modifications apportées à l’infrastructure de manière manuelle, que ce soit pour résoudre des problèmes ou ajuster des configurations, ne sont que très rarement reporté dans le code IaC. Cet écart crée un écart toujours plus grand entre le code et l’infrastructure réelle, qui se transforme en une dette technique importante. La dette devient apparente lorsqu’il est nécessaire de reproduire l’infrastructure ou quand une défaillance nécessite une reconstruction. La base de code IaC ne représentera pas avec précision l’infrastructure fonctionnelle, ce qui entraînera des incidents.

Négliger le besoin de support et de maintenance du code

Comme tout autre logiciel, le code IaC n’est pas à l’abri des effets du temps, et négliger son support peut conduire à l’accumulation de dette technique. Les outils IaC et les services cloud qu’ils gèrent sont régulièrement mis à jour avec de nouvelles fonctionnalités, des améliorations et parfois même des correctifs. Ces mises à jour peuvent rendre le code IaC existant obsolète ou moins optimal. Une maintenance régulière de la base de code IaC est nécessaire pour suivre ces changements, faute de quoi cela peut entraîner à de la dette technique.

À mesure que les cybermenaces et les réglementations de conformité évoluent, le code IaC qui était autrefois considéré comme sécurisé peut ne plus l’être. Des tests et des mises à jour régulières sont nécessaires pour s’assurer que l’infrastructure reste sûre et conforme.

Quel danger créé la dette technique sur le code d'infrastructure ?

Donc, vous l'aurez compris avec toutes ces mauvaises pratiques, vous risquez de mettre en péril votre construction. Le code d'infrastructure sont les fondations de votre immeuble.

J'adore cette comparaison avec le jeu de tetris.

Dette technique tetris

Eviter la dette technique

  • Étudiez minutieusement tous les modules ou rôles que vous avez récupérés sur internet avant de les intégrer dans votre base de code. Identifiez leurs impacts possibles et les risques de sécurité potentiels.

  • Soyez prudent lorsque vous utilisez du code généré par de l’IA. Il est important de s’assurer qu’elle s’aligne sur vos normes et vos meilleures pratiques.

  • Adoptez l’approche déclarative : Formez vos équipes à penser de manière abstraite et à s’adapter à l’approche « non interventionniste » du déclaratif.

  • Évitez les usines à Gaz !!!

  • Mettez à jour régulièrement votre code pour garantir le fonctionnement avec les nouvelles versions des outils et des services cloud.

  • Exigez la documentation. La tenue d’une documentation complète et à jour est un aspect souvent négligé, mais essentiel pour limiter la dette technique. Il permet une meilleure compréhension, un meilleur support et facilite le processus d’intégration pour les nouveaux membres dans votre équipe.

  • Automatisez les tests : Implémentez des tests automatisés pour, vous aidez à détecter rapidement les problèmes potentiels.

Et ...

J'ai essayé de produire un document complet, peut-être trop ou pas assez. Je fais appel à vos avis et conseils pour l'améliorer. Merci d'avance.