Test du mini-pc ACEPC AK1 4GB

J’utilise des mini-pc pour héberger mes sites internets, et pour me faire une machine de qualif je viens d’acquérir le ACEPC AK1 en version 4GB accompagné de 64 GB d’espace disque. .

Premières impressions

Au déballage un peu surpris par la taille par rapport à mes deux autres mini-pc tournant sous Atom Z8350. En fait il ne prend pas beaucoup de place, mais de de la hauteur. En effet il possède un compartiment amovible qui permet d’accueillir, si on le souhaite, un disque dur au format 2.5 pouces. Ce logement est verrouiller par deux glissières qui une fois ouvert permet de retirer ce logement. Personnellement je lui ai mis un SSD de 250 Go. L’AcePC AK1 mesure 12.80 cm de côté pour 3.65 cm d’épaisseur et si on ajoute la partie amovible il fait 5.5 cm d’épaisseur.

AK1 de face

Dans la boite on retrouve également :

  • un support VESA permettant de le fixer derrière un écran.
  • un cable HDMI
  • son alimentation qui ne prend pas trop de place.
  • Le manuel d’utilisation

Configuration

Pour le hardware on retrouve:

  • un CPU Intel Celeron J3455 quad cores cadencé jusqu’à 2,3 GHz
  • un GPU:Intel HD Graphics 500
  • 4GB de Ram DDR3L
  • 64GB d’espace disque eMMC
  • WiFi 802.11AC 3165 Dual Band,2.4G/5G
  • Bluetooth V4.0

Pour la partie connectique on a :

  • 2 ports HDMI 1.4
  • 2 ports USB 3
  • 2 ports USB 2
  • Un lecteur de cartes MicroSDXC
  • Un port RJ45 10/100/1000
  • Un port Micro USB OTG
  • un port Jack 3.5

Connectique du AK1

Petit test de windows

Avant de le démarrer avec un distribution ubuntu, j’ai tout de même tester la partie windows, dans sa version Home. J’ai été plutôt surpris par la rapidité du setup de windows 10 sur cette machine, en a peine 10 minutes il était opérationnel. Durant ce test il est resté totalement silencieux et le boîtier reste totalement froid, donc pas de surchauffe.

Installation d’Ubuntu server

Une fois le disque dur installé, un démarrage avec passage dans le bios pour le forcer à démarrer sur la clé usb formaté au préalable avec la version 19.10 d’Ubuntu Server. Il faut bien choisir l’entrée UEFI de votre clé USB pour que le démarrage se fasse correctement.

Une fois le setup renseigné l’installation se fait en quelques minutes. Une nouveau passage dans le bios pour changer l’ordre de boot en prenant le disque dur comme premier disque de boot. La partie cloud-init se passe rapidement. Une fois l’IP fixé sur ma bbox, reboot et premier tour du propriétaire. Un passage dans les logs de boot et rien de flagrant comme erreur. Tout est opérationnel. Je lance l’installation de K3S en mode serveur qui se fait bien plus rapidement que sur mes deux autres Atom. La charge CPU, une fois l’installation terminée, retombe à 0.2 ce qui est ridicule.

Au final plutôt content de cet achat que je vous conseille les yeux fermés. Le lien est ci dessous :)


Alimenter un blog comme celui-ci est aussi passionnant que chronophage. En passant votre prochaine commande (n'importe quel autre article) au travers des liens produits ci-contre, je touche une petite commission sans que cela ne vous coûte plus cher. Cela ne me permet pas de gagner ma vie, mais de couvrir les frais inhérents au fonctionnement du site. Merci donc à vous!

comments powered by Disqus